Le village - En quelques mots

Bailly-en-Rivière ! Quel nom agréable à l'oreilleindex.php?td=buy generic mysoline. Comment expliquer ce nom ? Comme le suggère Godefroy dans son livret sur la commune, l'origine de la première partie vient du Celtique "Baly" qui signifie "Allée d'arbres". La Gaule étant alors une vaste forêt, on imagine notre commune, clairière au milieu des bois, traversée par ce clair ruisseau qui prend sa source au cœur du village.

 

Bailly se trouve dans un étroit vallon, à la source d'une petite rivière, le Bailly-Bec. Bailly est plein d'antiquités romaine. A plusieurs reprises on y a fait d'importantes découvertes (tuiles, poteries, médailles et constructions). La plus riche de ces découvertes est celle qu'a faite en 1852 M. Amand, instituteur à Bailly. En creusant les fondations de sa maison, construite à l'entrée du bourg, il a trouvé, à 70 cm de profondeur, une grande chaudière en airain contenant six vases de bronze plaqués d'argent. Ces éléments sont entrés au musée de Rouen.

 

Le château était puissant au Moyen-âge. Les derniers seigneurs étaient bienfaisants. Monseigneur de Pardieu, chatelain du village en 1765 ouvrit une école gratuite pour les enfants de Bailly et de Saint-Ouen-Sous-Bailly. Le même seigneur avait établi une maison pour les pauvres, au hameau de Brétigny. Dès le XIe siècle, il existait à Bailly une église paroisiale dédiée à Saint-Martin. Elle fut brûlée en 1749 et restaurée en 1766. Bombardée lors des bombardements du 28 Mai 1944, elle conserve une pierre tumulaire de 1661.

 

La Grand'Rue, photographiée dans le sens d'Envermeu-Fresnoy, paraît bien animée. Seul le cheval blanc devant la forge de M. Boin semble se désintéresser des la photographie et de son modernisme. A gauche, le café de la paix n'existe plus mais la maison reste la même.